Le médecin malgré lui

Gardin
de Molière par le Théâtre Royal des Galeries
Théâtre Royal des Galeries

Malgré un temps maussade, vous étiez plus de 300 spectateurs, en août dernier, à acclamer les comédiens des Galeries. Ils nous reviennent cette année avec le même enthousiasme, toujours dans ce même lieu prestigieux qui ne demande qu’à vibrer sous les applaudissements. Au programme, un Molière. Ou quand Bossière prend des airs de Versailles.

 

L’histoire de Sganarelle, faiseur de fagots,  dont la femme pour se venger de sa rudesse et de sa fâcheuse tendance à la boisson, va le faire passer aux yeux du monde pour un grand médecin capable de guérir les maladies les plus désespérées. C’est sans compter sur la naïveté de ce dernier qui va se prendre au jeu et  finir par s’imaginer qu’il est réellement devenu médecin.

Une pièce dans laquelle Molière va régler ses comptes avec la médecine de l’époque et qui nous permettra d’assister à un spectacle familial, accessible à tous et traité sur le ton de la farce.

Le rôle tout en couleurs de Sganarelle sera tenu par André Bodart entouré de 6 autres comédiens orchestrés par Bernard Lefrancq du Théâtres des Galeries de Bruxelles,  metteur en scène aguerri aux  spectacles de plein air.

 

 

Critique

our cette première escale d'une tournée prévue jusque fin août, la troupe des Galeries a pu mesurer la popularité de sa formule, sillonnant depuis 36 ans les demeures chic ou pittoresques de la Belgique francophone. En effet, malgré les prévisions météo peu encourageantes, les spectateurs étaient là, pressés les uns contre les autres sur des gradins bondés, avec une palette d'astuces anti-intempéries dignes du plus expérimenté des scouts : capuches, cirés, couvertures. Le déluge pouvait s'abattre sur Namur, on n'allait pas les déloger de leur théâtre. 

Défi ultime aux foudres du ciel, la mise en scène de Bernard Lefrancq ouvre sur des draps immaculés séchant sur une corde à linge. Mais ce rideau de scène improvisé est resté sec tandis que Martine, épouse du bûcheron Sganarelle, vaquait à son ménage tout en fomentant une vengeance contre son mari, pochetron à la main leste. Rencontrant deux bougres à la recherche d'un médecin, elle leur dit que son époux est docteur, mais ne l'avoue qu'après avoir été battu. 

Voici donc Sganarelle rossé et emmené chez Géronte, dont la fille, Lucinde, devenue soudainement muette, doit être soignée. L'occasion pour Molière de railler une médecine plus hypocrite qu'Hippocrate, cachant son ignorance sous un pompeux sabir latin. Et c'est parti pour l'attirail habituel, entre saignées, clystères et quantité d'extravagances purgatives pour perfuser la farce. 

Quand on sait que Molière lui-même sillonnait les villages avec ses saltimbanques et son théâtre de tréteaux avant de jouer pour le Roi, on ne peut qu'approuver la modestie joueuse du spectacle des Galeries : un décor sans prétention, mais pas sans trappes et autres surprises scénographiques, pour abriter une mise en scène à la bonne franquette, qui laisse tout simplement opérer la bouffonnerie de Molière. On n'est pas tout à fait convaincue par les intermèdes musicaux un peu bancals, mais la bonne humeur de la troupe est tout bonnement contagieuse. Bref, un Médecin à prescrire. 

(Catherine Makereel - MAD Le Soir - édition du 24/08/2011)

Date: 
Lundi 29 Août 2011 à 20h30
Lieu: 

Cour du Château de Bossière 

Détails pratiques: 

15€ / Préventes 12€

Préventes via le compte BardaF ! 377-0134614-15 (IBAN : BE83 3770 1346 1415 BIC : BBRUBEBB) en y ajoutant, en guise de communication, vos NOM+N°GSM

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
En soumettant ce formulaire, vous acceptez la politique de protection Mollom.